Lorsque Alfred Russel Wallace [1] (1823-1913), alors en expédition en Malaisie, envoie à Charles Darwin (1809-1882) son essai : De la tendance des variétés à s’écarter indéfiniment du type primitif, ce dernier est stupéfait ! Il est justement lui-même en train de rédiger lentement son grand livre sur l’évolution des espèces. Wallace venait de publier le fruit de recherches très analogues aux siennes et grâce à la prompte sollicitude de son correcteur il avait gagné l’antériorité de l’écriture !

Précision dans la rédaction, clarté de formulation, réactivité sont des qualités fondamentales du correcteur-relecteur, sinon du rédacteur ; leurs ouvrages obtiennent la première place dans les publications.

Mais vous désirez savoir ce qui se passa ensuite ? Darwin dut publier en toute hâte une ébauche de ses découvertes qui fut présentée avec l’Essai de Wallace devant la Société Linéenne de Londres. Ainsi fut reconnue l’antériorité de découverte de Darwin et mis au jour avec honneur l’Essai de Wallace. Ce dernier fut satisfait de cette issue reconnaissant tout le mérite à son aîné, même si son énorme contribution à la science devait rester quelque peu méconnue.

Les scientifiques n’avaient pas toujours un correcteur sous la main, souvent ils se corrigeaient entre eux car, dans leur domaine, une précision extrême est requise. Les relecteurs de ces grands scientifiques comprenaient parfaitement leur pensée. Ils étaient tournés avec eux, d’un même regard vers les progrès de la science et leurs qualités complémentaires concouraient à l’excellence de l’ouvrage.

Pour en savoir plus sur Alfred Russel Wallace : cliquez ici

1] Alfred Russel Wallace le père de la biogéographie historique développa les méthodes de la discipline tout en incorporant la théorie de la sélection naturelle. Ses méthodes sont encore utilisées aujourd’hui.